Matéo : Je préfère travailler de jour, même si c’est plus monotone.

Mathilde : Monotone, monotone, mais il n’y a rien de monotone ici ! Certes, tout semble chronométré, cadré, réglé comme sur du papier à musique, mais, croyez moi, ce n’est pas le cas. Il suffit d’ouvrir les yeux !

Malik : Ouvrir les yeux, mais ils sont ouverts mes yeux, c’est bien dommage car ça ne me gênerait pas de les fermer un moment, histoire de se reposer un peu.

Mathilde : Je veux dire : ils sont fermés à ce qui vous entoure. Vous ne regardez plus le monde qui est ici, vous le voyez distraitement sans y prêter attention ! Vous entendez mais vous n’écoutez pas ! Vous êtes séduits à tout moment par des futilités au lieu d’être attentifs à la vie qui se déroule là, sous vous pied, devant vous. Ça c’est un vrai spectacle !

R_A.html
121.html