L’histoire que je vais vous raconter s’est passée il y a bien longtemps. A l’époque, je n’étais encore que bibliothécaire dans le collège des Acacias, une école de banlieue, une « boîte à bachot » comme on disait à l’époque; bref un établissement scolaire où des élèves venus des quatre coins du pays tentaient de passer leur baccalauréat. Les professeurs faisaient de leur mieux pour leur permettre l’accès aux études supérieures, mais il faut reconnaître que de leur côté, les élèves pensaient plutôt à s’amuser qu’à réviser leurs leçons.

L’établissement était dirigé par Monsieur Henri-Jean de Grosnez, le sixième directeur depuis la fondation de la vénérable école. Autour de lui gravitaient une multitude de personnages : sa femme, sa sœur et sa belle mère, les trois femmes de la maison qui ne perdaient aucune occasion pour se narguer mutuellement. Les élèves, hormis les quatre enfants du couple directorial, se répartissaient en trois niveaux d’études et constituaient une brochette de joyeux potaches qui enchaînaient pitreries sur bêtises au risque de mettre le feu à l’école. Les professeurs, avec leurs marottes et leurs manies, les inspecteurs d’Académie venus pour contrôler l’établissement, les concierges et autres hommes à tout faire, une bibliothécaire, les parents d’élèves et enfin Valentin, le surveillant général.

Or cette année, des faits curieux allaient survenir dans cette école, des événements si étranges, si hors du commun que je me décidai finalement à les transcrire dans les moindres détails. Je ne puis en vous dire plus pour le moment, vous auriez bien du mal à me croire et pourtant c’est la stricte vérité. Je ne peux que vous inviter à vivre avec moi cette incroyable histoire où le fantastique flirte avec la magie, où la lune laisse son empreinte décisive dans les mémoires de tous ceux qui ont compris ses secrets .

102.html
092.html
092.html